C’est la conséquence d’un ralentissement soudain de la circulation sanguine dans les veines de la rétine, qui peut avoir un retentissement sur l’ensemble de la circulation sanguine de la rétine, en particulier, en amont, sur la circulation du sang dans les capillaires et dans les artérioles rétiniennes. La perturbation de l’oxygénation de la rétine est à l’origine de troubles visuels plus ou moins sévères. L’occlusion de la veine centrale de la rétine a des conséquences plus graves qu’une occlusion d’une branche veineuse qui ne concerne qu’une partie plus petite de la rétine.

Parmi les causes les plus souvent rencontrées, on retrouve les facteurs de risques vasculaires comme l’hypertension artérielle, l’augmentation du taux de lipides (graisses) sanguins, le diabète, le tabagisme, mais aussi l’élévation de la tension oculaire (glaucome). L’apnée du sommeil est un facteur favorisant souvent rencontré.

Si l’occlusion veineuse rétinienne est suspectée dès l’examen du fond d’œil, il est très utile de confirmer le diagnostic par une angiographie à la fluorescéinequi met parfaitement en évidence la circulation sanguine dans les vaisseaux rétiniens et en analyse les conséquences. La tomographie en cohérence optique (OCT) apporte des informations utiles pour évaluer l’œdème maculaire qui est une conséquence très fréquente des occlusions veineuses.

L’évolution des occlusions de la veine centrale de la rétine est très variable, avec possibilité de récupération complète ou quasi complète dans environ 20 % des cas ou, à l’opposé, risque de baisse majeure de la vision. L’aggravation des symptômes au cours des premières semaines est très fréquente, d’où la nécessité d’une surveillance régulière pendant cette période. La durée d’évolution des occlusions de la veine centrale de la rétine peut aller de quelques semaines pour les cas les plus favorables, à plus d’un an dans les cas d’aggravation lente et progressive.

Quel est le traitement initial des occlusions de la veine centrale de la rétine ?

Plusieurs traitements peuvent être proposés. Le traitement des facteurs de risque est fondamental pour éviter le risque de rechute ou d’atteinte de l’autre œil (10 à 15 % des cas environ). Dans les premiers jours, un traitement par hémodilution peut être proposé en l’absence de contre-indications, dans le but de diminuer la viscosité sanguine et d’améliorer la circulation du sang dans les vaisseaux rétiniens. Le traitement au laser est indiqué dans certains cas, principalement pour éviter certaines complications. De nouveaux médicaments anti-œdémateux administrés par injection dans l’œil sont maintenant prescrits pour traiter l’œdème maculaire persistant, et donc améliorer la vision.

Dr Gérard Mimoun
Domaines de compétences
Les Pathologies

Spécialiste de la rétine médicale (DMLA) et chirurgicale depuis plus de 20 ans, ayant travaillé dans de grands centres parisiens  (Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild),  j’ai souvent constaté que les urgences médicales de la rétine comme les baisses de vision brutale, hémorragie de la macula… étaient pris en charge avec retard .

J’ai donc ouvert en 1994 un centre où il y a tous les jours  10 places vides réservées aux  urgences de la macula, avec la possibilité  sur place de trouver tous les meilleurs appareils existant, et la possibilité de réaliser  le jour même le traitement adéquat sur place.

Docteur G. MIMOUN

  • DMLA

    Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge :
    2 types : sèche  et humide

  • Précurseurs de la DMLA

    Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge:
    prévention, dépistage, conseil familial

  • Rétine chirurgicale

    Trou maculaire,
    Membrane épirétinienne,
    Décollement de rétine

  • Diabète

    Parmi les complications dues au diabète.
    L’atteinte des yeux fait partie des plus connues.

  • Occlusion Veineuse Rétinienne

    Elles sont la conséquence d’un ralentissement brutal de la circulation veineuse dans la rétine.

  • Hérédodégénérescence

    rétinopathie pigmentaire, Stargardt, ……

  • Chirurgie

    laser ; cataracte, Décollement de rétine

Dystrophies maculaires et rétiniennes héréditaires

Les dystrophies maculaires héréditaires sont des affections dégénératives de la région centrale de la rétine associant des anomalies primaires de la rétine sensorielle, de l’épithélium pigmentaire et des remaniements …

LIRE PLUS
La cataracte

La cataracte est l’opacification partielle ou totale du cristallin, lentille convergente située à l’intérieur de l’œil. Cette opacification est responsable d’une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à lalumière (photophobie). Cette baisse de la vision peut être rapide (quelques semaines) à cause d’un traumatisme.

LIRE PLUS
Le glaucome

Le glaucome est une maladie généralement due à une élévation de la pression intra-oculaire entraînant une atteinte du nerf optique, ce dernier transmettant l’information visuelle de la rétine au cerveau.

LIRE PLUS
L'uvéite

Une uvéite est une inflammation de l’uvée (iris, corps ciliaires, choroïde). Il s’agit d’une maladie rare.

LIRE PLUS
Chirurgie vitréo-rétinienne

La rétine est un tissu nerveux de quelques centaines de microns d’épaisseur, permettant de transmettre le signal visuel au cerveau. Les principales pathologies rétiniennes nécessitent une prise en charge chirurgicale…

LIRE PLUS
Maculopathie myopique

La myopie se définit par un globe oculaire plus long que la normale, nécessitant une correction optique (mesurée en dioptrie) pour la vision de loin afin de focaliser l’image sur la rétine.

LIRE PLUS
Stries angioïdes et pseudoxanthome élastique

Les stries angioïdes (SA) et le pseudoxanthome élastique (PXE) sont des maladies rares mais qui peuvent entrainer de sévères baisses de la vision. Le PXE atteint plusieurs organes. Les stries angioïdes peuvent exister isolément sans être associées au PXE.

LIRE PLUS
Rétinopathie drépanocytaire

La drépanocytose est une maladie génétique pouvant toucher différents organes. Parmi eux, l’atteinte rétinienne est fréquemment observée, surtout parmi les patients porteurs du génotype SC …

LIRE PLUS
Rétinopathie diabétique

Les complications ophtalmologiques du diabète sont une cause majeure de malvoyance et de cécité. En France, 40 % des diabétiques, soit 1 million de patients, sont porteurs d’une rétinopathie diabétique.

LIRE PLUS
Rétinopathie du prématuré

La rétinopathie du prématuré touche essentiellement les enfants nés grands — ou très grands — prématurés, d’autant plus que leur poids de naissance est faible et qu’ils présentent d’autres pathologies associées. Elle est liée à l’immaturité de la rétine à la naissance.

LIRE PLUS
Les apareils et sections
Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

EffacerSubmit